728-90-TOP
728-90-TOP

Edito de Alain SAYADA  » Comprendre la force et la préciosité du lien… »

Alain Sayada
Alain Sayada

Chers lecteurs, chers amis,
C’est avec un plaisir non dissimulé que nous vous retrouvons en édition papier ! Bien sûr,
entre vous et nous, le lien ne fut jamais rompu. Vous avez d’ailleurs été nombreux à venir
sur notre site, découvrir et lire nos éditions digitales, depuis le 30 mars dernier. Depuis sa
création, notre titre est dédié à l’actualité concernant Israël et le peuple juif. Malgré la
conjoncture, notre équipe rédactionnelle a fait le maximum pour continuer à vous informer,
vous divertir, et garder vivant le lien qui nous unit.
Si les retrouvailles en version papier sont une réjouissance, elles se font néanmoins sous le
signe de la prudence. C’est le message, en tout cas, que délivre le Président du consistoire
National et du consistoire de Paris, Joël Mergui. Homme de terrain et d’action plus que de
paroles, il a toujours été sur tous les fronts. Un militantisme qui lui a valu une épreuve
difficile, puisqu’il a passé de longues semaines hospitalisé, victime de la COVID-19.
Une épreuve qui lui a permis de mesurer l’importance du lien, et de la solidarité, au sein de
notre communauté. Dans un entretien exclusif et exhaustif, il revient sur son expérience,
dresse le bilan des difficultés affrontées par l’institution consistoriale au cours du
confinement et évoque les défis à relever. A commencer par celui, infiniment douloureux du
deuil.
Humain, empathique, médecin de profession, Joël Mergui ne peut se résoudre à évoquer
nos coreligionnaires emportés par l’épidémie comme de simples statistiques. « J’ai failli y
passer », dit-il humblement. Alors il ne les oubliera pas, veut leur dédier un mémorial virtuel,
une trace et veut que chacun soit recensé. Parce que chaque vie que cette infection a prise
est une histoire qui se finit en drame, pas un chiffre. Il nous donne néanmoins un aperçu de
cette réalité : à ce jour, il semblerait que plus de 600 personnes de notre communauté en
aient été victimes, même si le décompte n’est, hélas, pas définitif. Il veut aussi délivrer un
message fort : si la communauté juive a besoin de l’institution consistoriale, elle a, en retour,
besoin que nous la soutenions, pour qu’ensemble, nous puissions affronter et construire
l’avenir.
Le monde que nous avons connu s’est effacé, emporté par la tourmente sanitaire. Reste un
futur qu’il nous faut rendre meilleur en retrouvant le sens de l’essentiel, en considérant
comme précieux, ce qui, il y a quelques mois encore, nous semblait évident, comme la
liberté de circuler, de nous déplacer, de nous retrouver. Notre vie religieuse,
communautaire, reprendra bientôt, si nous faisons preuve de discipline et de rigueur. Mais
aussi et surtout de solidarité et d’unité. « Une flamme s’est allumée durant le
confinement », nous dit Joël Mergui. A nous de la garder vivace, précieuse et de la faire
briller. Qu’Hachem nous offre enfin, après la tempête, le beau temps. Je vous le souhaite, je
nous le souhaite.
Am Israël Haï
Alain Sayada

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *