728-90-TOP
728-90-TOP

Enrico Macias perd sa bataille juridique contre une banque islandaise

En juillet 2007, Enrico Macias et son épouse, aujourd’hui décédée, avaient contracté un emprunt auprès de Landsbanki Luxembourg, dans le but de mettre en garantie deux de ses biens immobiliers, et notamment leur villa à Saint-Tropez. Le chanteur a ainsi touché 9 millions d’euros en liquide et 26 millions investis dans trois polices d’assurance-vie.

En 2008, la banque est déclarée en cessation de paiements, puis en liquidation suite à la crise des sub-primes. Elle a ainsi été obligée de recouvrer les créances de ses clients : Enrico Macias se voit donc réclamer 35 millions d’euros, soit le remboursement de l’intégralité du prêt. Le chanteur, se sentant victime d’une escroquerie, a attaqué la banque en justice l’année suivante et attendait, aujourd’hui, la décision de la justice.

Malheureusement pour lui, le verdict n’est pas tombé en sa faveur et une relaxe générale en faveur de Landsbanki Luxembourg a été prononcée. « Il ne résulte pas du dossier que les emprunteurs ont été victimes de manœuvres frauduleuses en hypothéquant leurs biens auprès de Landsbanki Luxembourg » a indiqué le tribunal correctionnel de Paris.

Il a été estimé que les parties civiles – une centaine de personnes qui se sont sentis escroquées – avaient « nécessairement conscience de l’existence d’un risque », tout en sachant « que d’autres banques leur refusaient » ces prêts. Il est donc autorisé aux liquidateurs de la banque à vendre si besoin les biens hypothéqués, dont la luxueuse villa d’Enrico Macias à Saint-Tropez.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *