Explosifs retrouvés à Villejuif : les deux suspects voulaient « commettre un attentat »

L’un des deux hommes a reconnu vouloir « commettre un attentat sur le territoire national », a révélé le procureur de la République, François Molins.

Un plombier et un serrurier ont évité un attentat par hasard, mercredi dernier, en réparant une fuite d’eau dans un appartement à Villejuif, dans le Val-de-Marne. Le procureur de la République, François Molins, l’a confirmé, lors d’une conférence de presse dimanche.

Les deux artisans étaient mobilisés par le syndic pour réparer la fuite, lorsqu’”ils ont remarqué sur la terrasse du studio une grande bâche bleue sous laquelle régnait le plus grand désordre”, a ajouté François Molins. Ils y ont vu des bouteilles, des seringues, des produits toxiques, des feuillets en arabe.

Une bombe était en cours de fabrication

Trois personnes ont été interpellées quelques heures plus tard, dont une a été libérée. Les deux autres, Ali M.R et Frédéric M. ont été mis en examen doivent être présentées dans la journée à un juge antiterroriste. Aucun n’a été condamné par la justice. Le second était en revanche fiché S pour sa radicalisation.

Après analyse, les substances retrouvées dans cet endroit aurait pu permettre de réaliser entre 3 et 4 kilos de TATP, un puissant explosif fréquemment utilisé par les djihadistes lors d’attaques terroristes. Une bombe était en cours de fabrication à l’aide d’un réveil et d’ampoules de guirlandes de Noël.

En lien avec Rachid Kassim

Dans un premier temps, pour expliquer la découverte d’explosifs, Ali M.R. a expliqué que les explosifs serviraient à braquer des banques. Il a ensuite reconnu devant les enquêteurs s’inspirer des méthodes de l’EI, sans toutefois dévoiler son projet.

En revanche, l’autre suspect, Frédéric M. a reconnu que lui et Ali M.R. avaient “convenu de commettre un attentat sur le territoire national” sans que le projet ne soit très élaboré. Dans les ordinateurs de Frédéric M., les enquêteurs ont retrouvé des photos de kalachnikov, une photo de son fils portant un fusil d’assaut factice, et des vidéos de propagandes de l’Etat Islamique. Son compte Telegram suivant de nombreuses conversations de l’EI.

Les deux hommes suivaient sur Internet des tutoriels de l’organisation terroriste. Les deux suspects ont admis avoir tenté de rejoindre l’Etat islamique en 2015″. Un projet qui a finalement avorté faute de moyen. L’un d’eux a été en relation avec le djihadiste Rachid Kassim, qui aurait commandité l’attentat de Saint-Etienne du Rouvray notamment.

 

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *