728-90-TOP
728-90-TOP

Irak: 62 morts dans une tentative d’évasion dans une prison

2 responsables irakiens ont affirmé que les djihadistes de l’Etat islamique avaient organisé cette évasion

Cinquante détenus et douze policiers irakiens ont été tués au cours d’une évasion vendredi soir dans la prison d’Al Khalis, près de Bagdad, et pendant la traque de dizaines de prisonniers qui sont parvenus à prendre la fuite, a-t-on appris de sources policières et pénitentiaires.

Deux responsables irakiens ont affirmé que les djihadistes de l’Etat islamique (EI) avaient organisé cette évasion. « L’EI est responsable de ces morts et de l’évasion de certains de ses membres qui étaient détenus », a dit Oudi Al Khadran, le maire de la ville. Cette implication de l’EI a été confirmée par le colonel Ahmed al Timimi, un responsable des forces de sécurité de la province de Diyala.

L’agence de presse Amaq, proche de l’Etat islamique (EI), rapporte également que le mouvement djihadiste est à l’origine de cette opération. Des militants équipés d’engins explosifs ont pénétré dans le centre pénitentiaire afin de libérer une trentaine de détenus et ont pu atteindre l’armurerie.

Des miliciens chiites ont ensuite attaqué la prison et une soixantaine de djihadistes ont été tués dans les combats qui ont suivi, ajoute Amaq.

Quelque 300 hommes condamnés pour des actes de terrorisme purgeaient leur peine dans la prison d’Al Khalis, située à 80 km au nord-est de la capitale irakienne. Le responsable des services de sécurité de la province de Diyala, Seyyid Sadik al Husseini, a dit ne pas être en mesure de dire s’il y avait parmi eux des détenus jugés importants.

« Les détenus ont commencé à se battre entre eux et les gardiens sont venus s’interposer. Puis les prisonniers s’en sont pris à eux, leur ont pris leurs armes et se sont mutinés après avoir pillé l’armurerie de la prison », a expliqué un policier.

Les autorités ont imposé un couvre-feu nocturne à Al Khalis et fouillent des maisons à la recherche des fugitifs.

Les évasions ont été fréquentes en Irak au cours des deux dernières années.

Des assauts coordonnés contre deux importantes prisons près de Bagdad avaient notamment permis à plus de 500 détenus de s’échapper en juillet 2013, marquant un tournant dans l’ascension du groupe Etat islamique (EI) qui contrôle aujourd’hui des pans entiers du territoire irakien.

Dans le centre de Bagdad, où des pèlerins chiites convergent à pied depuis plusieurs jours, une voiture piégée a explosé samedi, tuant sept personnes et en blessant 20 autres, selon des sources médicales et de sécurité.

L’EI a également revendiqué cette attaque, survenue en dépit d’un important dispositif de sécurité déployé pour tenter de prévenir des violences similaires ayant endeuillé à plusieurs reprises ce pèlerinage annuel.

Les autorités ont coupé certaines rues pour protéger les centaines de tentes où se restaurent les pèlerins venus commémorer la mort de Moussa Kazem, un des imams vénérés par les chiites.

Ces lieux de rassemblement aux abords du mausolée de l’imam Kazem, décédé en 799, sont considérés comme des sites vulnérables pour d’éventuelles attaques.

(avec Reuters et AFP)

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *