Israël, à la croisée des chemins

La France veut prendre sa part quant à la résolution de cette ‘’instabilité’’ ! La société Orange a donc agit en souhaitant quitter au plus tôt l’Etat juif. Suite à la réaction épidermique israélienne, et juive de par le monde, il semblerait qu’elle ait fait marche arrière. La France officielle également.

Mais pour combien de temps ? L’Etat d’Israël sera donc, bientôt, devant un dilemme cornélien.

La première option sera, pour éviter toutes sanctions, boycotts officiels et/ou nouvelles résolutions onusiennes, de contenter les pays ‘’amis’’ en acceptant quelques petites exigences ‘’palestiniennes’’. Requêtes qui, au fil du temps, deviendront de plus en plus nombreuses et rendront les ‘’Palestiniens’’ de plus en plus gourmands. Tout cela sans faire avancer, d’un seul pouce, la Paix et encore moins l’idée de la solution de deux états pour deux peuples.

Solution qui motive, paraît-il, les ‘’faiseurs de paix’’ occidentaux. Mais cessions israéliennes qui, au final, permettront aux ‘’Palestiniens’’ de se préparer à l’étape future. A savoir l’éradication, par la force, du foyer du peuple juif qu’ils honnissent. Concessions qui auront sur le moment fait plaisir aux ‘’puissants’’, leur permettant entre autre d’être réélus dans leurs palais, mais qui ramèneront les Israéliens à l’état de dhimmis ou celui d’apatrides.

Inutile de préciser que le sort des Juifs, de par le monde, ne sera pas plus enviable, l’Etat d’Israël n’étant plus là pour les protéger.

Le deuxième choix sera de ne rien céder. De monter au créneau dès les intérêts israéliens atteints. D’affirmer, en parallèle, haut et fort qu’il n’aura aucun geste d’entrepris sans contrepartie ‘’palestinienne’’ mais également du monde musulman. De crier du haut de chaque tribune que l’insistance à vouloir faire courber l’échine israélienne équivaut à de l’antisémitisme, fléau qui a tant et tant fait sur le territoire européen. Un passé qui devra, sans vergogne, servir le peuple juif dans son combat existentiel.

L’affaire Orange est un parfait exemple démontrant l’intérêt de cette attitude. Une position politique qui pourrait, tout de même, s’avérer au fil des années coûteuse pour l’économie, qui rendrait la vie des Israéliens difficile, voire plus si les Européens s’entêtaient à imposer leur ‘’paix’’.

Les Israéliens refusant de se suicider, nul ne doutera que c’est cette conduite qui sera choisie, quand bien même quelque petits gestes israéliens seront faits pour apaiser ‘’l’honneur’’ européen meurtri. La vie prévalant sur le reste.

Si des moments difficiles s’annoncent pour l’état du peuple juif, la lâcheté européenne et principalement française va probablement connaître un renouveau de sa ‘’gloire’’ passée.

La routine en quelque sorte !

La France veut prendre sa part quant à la résolution de cette ‘’instabilité’’ ! La société Orange a donc agit en souhaitant quitter au plus tôt l’Etat juif. Suite à la réaction épidermique israélienne, et juive de par le monde, il semblerait qu’elle ait fait marche arrière. La Franceofficielle également.

Mais pour combien de temps ? L’Etat d’Israël sera donc, bientôt, devant un dilemme cornélien.

La première option sera, pour éviter toutes sanctions, boycotts officiels et/ou nouvelles résolutions onusiennes, de contenter les pays ‘’amis’’ en acceptant quelques petites exigences ‘’palestiniennes’’. Requêtes qui, au fil du temps, deviendront de plus en plus nombreuses et rendront les ‘’Palestiniens’’ de plus en plus gourmands. Tout cela sans faire avancer, d’un seul pouce, la Paix et encore moins l’idée de la solution de deux états pour deux peuples.

Solution qui motive, paraît-il, les ‘’faiseurs de paix’’ occidentaux. Mais cessions israéliennes qui, au final, permettront aux ‘’Palestiniens’’ de se préparer à l’étape future. A savoir l’éradication, par la force, du foyer du peuple juif qu’ils honnissent. Concessions qui auront sur le moment fait plaisir aux ‘’puissants’’, leur permettant entre autre d’être réélus dans leurs palais, mais qui ramèneront les Israéliens à l’état de dhimmis ou celui d’apatrides.

Inutile de préciser que le sort des Juifs, de par le monde, ne sera pas plus enviable, l’Etat d’Israël n’étant plus là pour les protéger.

Le deuxième choix sera de ne rien céder. De monter au créneau dès les intérêts israéliens atteints. D’affirmer, en parallèle, haut et fort qu’il n’aura aucun geste d’entrepris sans contrepartie ‘’palestinienne’’ mais également du monde musulman. De crier du haut de chaque tribune que l’insistance à vouloir faire courber l’échine israélienne équivaut à de l’antisémitisme, fléau qui a tant et tant fait sur le territoire européen. Un passé qui devra, sans vergogne, servir le peuple juif dans son combat existentiel.

L’affaire Orange est un parfait exemple démontrant l’intérêt de cette attitude. Une position politique qui pourrait, tout de même, s’avérer au fil des années coûteuse pour l’économie, qui rendrait la vie des Israéliens difficile, voire plus si les Européens s’entêtaient à imposer leur ‘’paix’’.

Les Israéliens refusant de se suicider, nul ne doutera que c’est cette conduite qui sera choisie, quand bien même quelque petits gestes israéliens seront faits pour apaiser ‘’l’honneur’’ européen meurtri. La vie prévalant sur le reste.

Si des moments difficiles s’annoncent pour l’état du peuple juif, la lâcheté européenne et principalement française va probablement connaître un renouveau de sa ‘’gloire’’ passée.

La routine en quelque sorte !bandeau_jourj (3)

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *