728-90-TOP
728-90-TOP

Le Pen, en correctionnelle pour avoir répété ses propos sur le « détail », dénonce une « persécution »

Paris, 24 juil 2015 (AFP) – Le président d’honneur contesté du Front
national Jean-Marie Le Pen a dénoncé vendredi une « persécution », en réaction à
son procès prochain en correctionnelle pour avoir répété ses propos sur les
chambres à gaz, qualifiées de « détail » de l’histoire de la Seconde Guerre
mondiale.
« C’est une persécution supplémentaire, c’est normal de la part de l’adjoint
de Mme Taubira. Il faut s’attendre à tout. Je ne suis pas très surpris », a
réagi M. Le Pen, interrogé par l’AFP.
« Il y a un proverbe afghan: +Tu as dit la vérité, saute sur ton cheval et
cravache+ », s’est amusé le cofondateur du FN, 87 ans, qui avait provoqué au
printemps sa suspension du FN, depuis annulée en justice, avec ces propos et
d’autres tenus dans l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol, guère nouveaux
sur le fond.
« Je croyais que des millions de Français avaient manifesté pour la liberté
d’opinion, je croyais que ça allait jusqu’au droit au blasphème. Est-ce un
blasphème? On est dans le domaine quasi religieux… » a critiqué l’eurodéputé.
M. Le Pen avait réitéré le 2 avril ses propos sur les chambres à gaz,
qualifiés de « point de détail de la guerre », qui lui avaient déjà valu d’être
condamné, enclenchant le mécanisme conduisant à sa suspension du FN.
Regrette-t-il d’avoir parlé de « point de détail »? lui avait-il été demandé
sur BFMTV-RMC. « A aucun moment. Ce que j’ai dit correspondait à ma pensée: que
les chambres à gaz étaient un point de détail de la guerre, à moins d’admettre
que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz », avait répondu
celui qui a cofondé le Front national en 1972.
gd/far/er

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *