728-90-TOP
728-90-TOP

Le rôle d’émissaire du Quartette pour le Proche-Orient de Blair en passe d’être modifié

Tony_Blair_picL’ex-Premier ministre britannique Tony Blair
devrait voir son rôle d’émissaire du Quartette (Nations unies, Union
européenne, Etats-Unis et Russie) pour le Proche-Orient révisé cette semaine à
cause de ses mauvaises relations avec l’Autorité palestinienne, selon le
Financial Times lundi.
Tony Blair a discuté de son poste avec le secrétaire d’Etat américain John
Kerry et la chef de la politique étrangère de l’Union européenne Federica
Mogherini, affirme le quotidien économique britannique qui ajoute que
l’annonce de son rôle amendé pourrait intervenir dans la semaine.
« Sa décision intervient dans un contexte de profond malaise de certains à
Washington et à Bruxelles en raison de ses mauvaises relations avec des
responsables de l’Autorité palestinienne et de ses intérêts économiques
tentaculaires » dans la région, y compris avec des gouvernements, écrit le
Financial Times.
Son rôle devrait devenir plus régional même s’il devrait continuer à
travailler sur l’économie palestinienne.
Une porte-parole de Tony Blair, interrogée par l’AFP, a refusé de commenter
ces informations.
Tony Blair a été nommé à ce poste en juin 2007 pour organiser l’aide
internationale aux Palestiniens et guider des initiatives visant à soutenir
l’économie et les institutions palestiniennes en préparation de l’éventuelle
création d’un Etat palestinien.
Il n’a aucun rôle formel dans les négociations de paix entre Israël et les
Palestiniens mais l’absence de progrès sur ce sujet a conduit ses détracteurs
à remettre en question son travail depuis huit ans tandis que sa proximité
supposée avec Israël a suscité de la frustration chez les Palestiniens.
Tony Blair est également vivement critiqué au Royaume-Uni où il doit faire
face à une impopularité persistante pour avoir engagé le pays dans la guerre
en Irak en 2003.
Mi-janvier, un député britannique a lancé une campagne pour le forcer à
révéler l’origine de ses revenus issus du travail de conseiller qu’il aurait
notamment exercé en Azerbaïdjan et au Kazakhstan.
La presse britannique rapportait ainsi que la société Tony Blair Associates
aurait touché 7 millions de livres (9,2 millions d’euros) par an pour
conseiller le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev.
Mi-février, il a été engagé comme conseiller par le gouvernement serbe
pro-européen pour l’aider à mener à bien des réformes.
mc/oaa/ros

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *