728-90-TOP

Syrie: Israël veut des assurances sur le démantèlement de l’arsenal chimique

   ATTENTION – Ajoute Netanyahu, rappel, mot-clé ///

JERUSALEM, 11 sept 2013 (AFP) – Le Premier ministre israélien Benjamin
Netanyahu et le président israélien Shimon Peres ont exigé mercredi le
démantèlement de l’arsenal d’armes chimiques du régime syrien, sous peine
d’intervention militaire internationale.
« A présent, il faut s’assurer que le régime syrien démantèle son arsenal
d’armes chimiques et le monde doit garantir que ceux qui utilisent des armes
de destruction massive en paieront le prix », a déclaré M. Netanyahu, dont les
propos étaient diffusés par la radio militaire.
« Le message reçu en Syrie sera entendu à Téhéran », a-t-il ajouté en
référence au programme nucléaire iranien, lors d’une cérémonie militaire,
qualifiant l’utilisation d’armes chimiques de « crime terrible, crime contre
l’humanité ».
Auparavant, M. Peres s’était dit persuadé que les Etats-Unis
interviendraient militairement si la Syrie n’est pas « sincère ».
« Il est toujours mieux d’obtenir des résultats par la diplomatie que par la
guerre mais la question centrale actuellement est la sincérité du régime
syrien », a-t-il déclaré, cité dans un communiqué de la présidence.
« Si la Syrie est sincère et prend des mesures concrètes pour l’élimination
et la destruction des armes chimiques sur son territoire, les Etats-Unis
n’attaqueront pas. Mais s’il y une faille dans la sincérité de la Syrie, je
n’ai aucun doute que l’armée américaine interviendra », a-t-il ajouté.
La Russie a annoncé avoir proposé à son allié syrien de placer son stock
d’armes chimiques sous contrôle international et de le détruire, une
proposition acceptée par Damas mardi.
L’accueil favorable réservé par les Etats-Unis à cette initiative semble
éloigner la perspective de frappes contre le régime syrien, accusé d’être
responsable d’une attaque chimique le 21 août près de Damas, qui a fait
plusieurs centaines de morts.
La Russie a transmis aux Etats-Unis son plan de contrôle des armes
chimiques en Syrie et ce dossier sera discuté à partir de jeudi à Genève par
les chefs de la diplomatie des deux pays, Sergueï Lavrov et John Kerry, a
indiqué mercredi une source russe citée par les agences.
scw-dms/sst/hj

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *