728-90-TOP
728-90-TOP

Frappe française en Syrie : des Français dans le camp de l’EI visé

Cette présence de combattants étrangers avait été identifiée par le renseignement français

Le camp d’entraînement du groupe Etat islamique visé par des chasseurs français en Syrie dans la nuit de jeudi à vendredi abritait des combattants « français et francophones », a-t-on indiqué dimanche au ministère français de la Défense confirmant une information du Journal du Dimanche (JDD).

« Nous avons ciblé un camp d’entraînement dans lequel se trouvaient des combattants étrangers de Daech (acronyme de l’EI en arabe) formés pour venir nous attaquer en France », a-t-on assuré, en rappelant la notion de légitime défense sur laquelle repose l’intervention française en Syrie.

« Parmi eux, il y avait des Français, des francophones. Ce sont les +foreign fighters+ (combattants étrangers) que nous avons visés, pas les Français en particulier », a-t-on ajouté de même source.

Frappe française en Syrie

Cette présence de combattants étrangers avait été identifiée par le renseignement français, à travers notamment des interrogatoires de djihadistes liés à la Syrie, a-t-on poursuivi.

Des chasseurs Rafale français ont visé pour la deuxième fois un centre d’entraînement de l’EI dans la région de Raqa (est de la Syrie), après une première frappe le 27 septembre sur un objectif de même nature.

Selon le JDD, il y avait « plusieurs Français » ainsi que d’autres « djihadistes francophones parmi la centaine de combattants qui s’entraînaient dans ce camp », installé sur au moins une vingtaine d’hectares à cinq kilomètres au sud-ouest de Raqa.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait déclaré vendredi que les objectifs avaient été atteints. « Tout a été détruit », selon la source citée par l’hebdomadaire du dimanche.

« Nous savons qu’il y a en Syrie, en particulier dans les environs de Raqa, des centres d’entraînement de combattants étrangers dont la mission n’est pas d’aller combattre pour Daech sur le Levant mais de venir en France, en Europe pour commettre des attentats », avait alors souligné M. Le Drian.

Rappelant que « l’ennemi de la France c’est Daech », le ministre avait en revanche accusé la Russie de frapper à « 80-90% » des objectifs autres que l’EI pour protéger le régime de Damas.

(avec AFP)

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *