728-90-TOP
728-90-TOP

Large offensive de l’armée du Hermon

L’Armée du Hermon, Jaysh Hermon, a attaqué mercredi en une large offensive dans la zone de Kouneitra, et du Hermon syrien, adjacent à Israël, les forces syriennes campées dans la région. L’objectif de l’opération, selon Debka, consiste à conquérir le terrain de la division 68 syrienne, près de la ville de Khan al-Shih qui surplombe la route qui relie Kouneitra à Damas. L’Armée du Hermon se compose de huit milices, dont deux seraient proche d’Al-Kaïda. Le Premier ministre Netanyahou, le ministre de la Défense Ya’alon et le chef d’état major Eisenkot, ont personnellement pris le contrôle des événements sur la frontière entre Israël et la Syrie, afin d’empêcher que les combats ne débordent sur le territoire israélien. Il s’agit également d’assurer l’avenir d’environ un demi-million de Druzes qui vivent en Syrie.

L’armée du Hermon, en cas de réussite, pourrait achever l’encerclement d’Assad si ses forces parviennent à prendre la région de Ghouta-Ouest, près de Damas, ce qui pourrait créer une nouvelle donne stratégique. La suite des événements ramènerait alors cette nouvelle armée à Idliv, au nord de la Syrie. En ce qui concerne les offensives des rebelles en provenance du Nord, elles agissent sous les ordres d’une direction militaire commune aux USA, Saoudiens, etc., depuis la base de Dyabakir, en Turquie. Au Sud de la Syrie, la direction des opérations contre Assad se situe en Jordanie, où les Américains joueraient eux aussi un rôle. Cette dernière est celle qui a fondé cette nouvelle armée du Hermon, bien que certaines composantes de cette armée sont problématiques aussi bien pour les Etats-Unis que pour Israël.

Les noms des milices, au nombre de huit, comme précité, sont : l’Armée syrienne libre, la brigade de Sayf al-Sham, le Front Al-Nusra, Al-Qaïda Syrie, Ahrar al-Sham, Ajnad al-Sham, dont les miliciens proviennent du nord de la Syrie, et la brigade de Jésus. Le commandement basé en Jordanie fournit les armes, les munitions, l’intendance et les salaires des mercenaires. Le seul moyen en cas de débordement de punir les protagonistes consiste à leur couper les vivres. C’est ce qui s’est produit lorsqu’une partie des forces en présence ont conquis une partie de la ville d’Al-Thala, près de la capitale des Druzes Suweida, ce qui a menacé un demi-million de Druzes et mis en mauvaise posture les acteurs de la politique et de l’armée israélienne, quand la minorité druze israélienne a commencé à exiger qu’Israël s’engage dans une nouvelle guerre pour sauver leurs coreligionnaires, ou qu’il permette à des centaines de milliers de réfugiés druzes d’émigrer vers Israël.

Mais par la suite, les rebelles se sont retirés d’Al-Thala, ce qui a par la même occasion écarté la menace qui pesait sur les Druzes syriens. Du côté israélien, on espère que le commandement américano-jordanien réussira à gérer sa guerre sans dysfonctionnements. Israël n’est pas intéressé par un déplacement monstre de réfugiés vers sa frontière, qui pourraient poser par la suite des problèmes, un peu comme ces réfugiés qui avaient fui les forces terroristes d’Abbas qui les menaçaient pour collaboration avec Israël. Cette famille de réfugiés, installée à Haïfa, avait menacé et maltraité des survivants de la Shoah, dans le quartier de Adar, ainsi que le personnel soignant.

LPH bandeau_jourj (3)

bandeau bonplanresto

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *