728-90-TOP
728-90-TOP

Le parquet demande un procès pour les deux hommes impliqués dans la mort de Lee Zeitouni en Israël

Le parquet de Paris a demandé en juin le renvoi
en correctionnelle des deux hommes impliqués dans l’accident de la route qui
avait coûté la vie à une jeune Israélienne, Lee Zeitouni, à Tel Aviv en 2011,
a appris l’AFP mardi de source judiciaire.
Il appartient désormais au juge d’instruction d’ordonner ou non un procès.
Cette affaire avait mis dans l’embarras la France et Israël car les deux
hommes, Eric Robic et Claude Khayat, s’étaient enfuis en France aussitôt après
l’accident. De nombreuses voix s’étaient élevées en Israël pour l’extradition
des deux suspects mais la France n’extrade pas ses ressortissants hors de
l’Union européenne.
Finalement, le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire en
juillet 2012 et les deux hommes avaient été mis en examen en septembre 2013.
Le 12 juin, le parquet a requis le renvoi en correctionnelle d’Eric Robic,
considéré comme le chauffeur de la 4X4 qui avait renversé la victime, pour
homicide involontaire aggravé par une vitesse excessive et non-respect d’un
feu rouge, a indiqué la source judiciaire. Le parquet a aussi requis le renvoi
de Claude Khayat, le passager, pour non-assistance à personne en danger.
L’accident avait eu lieu à Tel Aviv le 16 septembre 2011. Devant le tollé
en Israël, Carla Bruni, l’épouse du président de l’époque, Nicolas Sarkozy,
avait écrit à la famille de la jeune Israélienne pour lui assurer que la
France faisait le maximum pour que justice soit faite. Le président de la
République lui-même avait évoqué l’affaire lors du dîner annuel du Conseil
représentatif des institutions juives de France (Crif), en février 2012.
Contacté par l’AFP, l’avocat de la famille Zeitouni, Me Gilles-William
Goldnadel, n’a pas souhaité faire de commentaire.
Sollicitée, l’avocate de M. Robic, Me Françoise Cotta, n’a pas donné suite
dans l’immédiat. Son client avait reconnu être « le conducteur et le seul
auteur de l’accident » lors de sa comparution devant le juge pour sa mise en
examen, le 3 septembre, avait-elle déclaré à l’époque à l’AFP.
Eric Robic, 39 ans, a été écroué début avril dans une autre affaire. Il a
en effet été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 18 mois de
prison pour escroquerie en bande organisée.
arb/sj/ei

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *