728-90-TOP
728-90-TOP

Attentat de Nice : le boom des adhésions FN

Une semaine après l’attentat sur la Promenade des Anglais, la fédération des Alpes-Maritimes du Front national aurait enregistré une centaine d’adhésions, selon les responsables locaux.

Le 14 juillet dernier, alors que la Promenade était encore maculée du sang des victimes, plusieurs responsables politiques montaient au créneau comme les frontistes Florian Philippot ou Marion Maréchal-Le Pen pour dénoncer “le terrorisme islamiste”.

Et il semble que leur discours porte ses fruits : comme l’explique Europe 1, la fédération des Alpes-Maritimes aurait enregistré une centaine d’adhésions depuis l’attaque, selon les responsables locaux. La radio n’a pu consulter ces adhésions mais déclare avoir eu accès à des mails explicites.

“Exprimer un ras-le-bol”

“On ne surfe pas, on ne fait que redire ce que l’on propose depuis des années (…) et donc les gens, naturellement, se tournent vers nous”, avance Lionel Tivoli, secrétaire départemental FN des Alpes-Maritimes. “C’est des contacts pour exprimer un ras-le-bol, et ensuite adhérer au FN », détaille le responsable.

Pour expliquer cette hausse soudaine, Bernard Moncel, le trésorier de la fédération, relève pour sa part que “les gens attendent de la fermeté dans les propos mais surtout dans les actes. La fermeté dans les propos, on en entend, on condamne à longueur de journée, mais en fait, il ne se passe pas grand-chose dans les faits”.

“112 commentaires de soutien sur Facebook”

Une hausse que confirme un autre représentant régional connu pour ses discours très identitaires, Philippe Vardon, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca),au Figaro : “On a énormément de retours. On sent une volonté de réaction et d’engagement. Au matin du 15 juillet, rien que sur ma page Facebook, il y avait 112 commentaires de soutien et d’adhésion. Tout ça se traduit ensuite au niveau de la fédération”.

Pas de chiffres détaillés là non plus mais le FN rejette la responsabilité sur une personne : le député-maire de Nice Christian Estrosi. “Sa responsabilité est écrasante : il accuse l’État de n’avoir pas fourni assez des forces de police pour la soirée du 14 Juillet. Mais si les conditions de sécurité n’étaient pas réunies, pourquoi avoir autorisé la manifestation ?”, s’interroge l’ancien animateur du groupuscule identitaire d’extrême droite Nissa Rebela.

Les responsables du Front National souhaitent dépasser Les Républicains pour devenir la première force de la région. Et le massacre de Nice est en train de les y aider.

About The Author

Related posts

1 Comment

  1. Pingback: Attentat de Nice : le boom des adhésions FN | LPH INFO

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *