Le « Ice Breaker » 1er missile israélien à intelligence artificielle

 Le groupe Rafael dévoile le « Ice Breaker », un missile de croisière air-sol de

« 5e génération ».

 

2022-07-15-13_42_36-Le-groupe-Rafael-devoile-le-_Ice-Breaker_-un-missile-de-croisiere-air-sol-de-_5À l’occasion de l’édition 2022 du salon de l’aéronautique de Farnborough [Royaume-Uni], le groupe israélien Rafael Advanced Defence Systems exposera le « Ice Breaker », un missile de croisière air-sol « autonome à longue portée et à guidage de précision de cinquième génération », dont il a dévoilé l’existence le 12 juillet

En juillet 2021, lors du salon de l’armement « DEFEA 21 », en Grèce, Rafael avait présenté le « Sea Breaker », un missile conçu pour être mis en oeuvre par un navire de surface ainsi que par un lanceur terrestre contre des objectifs situés à 300 km de distance.

À l’époque, l’industriel avait expliqué que le fonctionnement du Sea Beaker reposait sur des algorithmes d’intelligence artificielle [IA] lui permettant d’identifier des cibles de manière autonome. Et une autre de ses caractéristiques était qu’il pouvait changer de direction pour éviter les contre-mesures de l’adversaire.

En réalité, le développement du Sea Breaker était lié à un autre type de missile : le Ice Breaker. Seulement, l’existence de ce dernier avait été mise sous le boisseau, comme l’a expliqué un porte-parole de Rafael.

« Bien que nous ayons pu dévoiler le Sea Breaker, nous ne pouvions pas communiquer sur le développement de l’Ice Breaker à l’époque, car il était sous embargo pour des raisons de sécurité », a-t-il dit à la presse.

Dans le détail, le missile Ice Breaker a les mêmes caractéristiques que le Sea Breaker. Décrit par Rafael comme étant un « multiplicateur de force aérienne », il est résilient aux contre-mesures électroniques et il peut se passer de la géolocalisation par satellite [GPS] pour se diriger vers sa cible.

Comme le Sea Breaker, qu’il a donc inspiré, doté de capteurs d’imagerie à infrarouge [IIR], l’Ice Breaker fonctionne de manière autonome, tout en laissant « l’homme dans la boucle », grâce à une liaison de données permettant d’effectuer des mises à jours tactique en temps réel. En outre, il est doté d’une capacité « d’apprentissage profond » [ou « Deep Learning »], « permettant l’acquisition automatique de cible [ATA] et la reconnaissance automatique de cible [ATR] », explique Rafael.

« Volant à des vitesses subsoniques élevées, il dispose d’une capacité d’attaque multidirectionnelle et synchronisée […], basée sur des plans d’attaque prédéfinis, en fonction des points de cheminement, de l’azimut, de l’angle d’impact et de la sélection du point de visée », poursuit l’industriel.

La production industrielle de l’Ice Breaker ne devrait pas tarder à commencer. Selon un cadre de Rafael, cité par Defense News, des négociations sont en cours avec des pays « de trois continents différents ».

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *