Syrie: la menace militaire peut apporter des solutions diplomatiques (ministre israélien)

JERUSALEM, 16 sept 2013 (AFP) – Le ministre israélien de la Défense Moshe
Yaalon a déclaré lundi que l’accord russo-américain sur le démantèlement de
l’arsenal chimique de la Syrie prouvait qu’une « menace militaire crédible »
pouvait apporter des solutions diplomatiques.
Cet accord « prouve aux pays du monde libre qu’une menace significative et
crédible (…) peut dissuader les régimes voyous dangereux et ouvrir la voie à
une solution diplomatique permettant de désarmer les pays de leur arsenal de
destruction massive », a-t-il affirmé devant le personnel de son ministère,
selon un communiqué de son cabinet.
« Quiconque parle de paix doit préparer la guerre », a-t-il martelé.
Selon les termes de l’accord conclu samedi à Genève entre le chef de la
diplomatie américaine John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov, Damas
a une semaine pour présenter une liste de ses armes chimiques, et celles-ci
doivent être enlevées et détruites d’ici la fin du premier semestre 2014.
Cet accord a éloigné la perspective de frappes américaines imminentes
contre le régime de Bachar al-Assad, accusé d’avoir mené une attaque à l’arme
chimique le 21 août près de Damas.
Néanmoins, lors d’une visite dimanche à Jérusalem, lors de laquelle il a
rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, M. Kerry a affirmé
que la menace d’une action militaire américaine en Syrie restait « réelle ». « Ne
vous trompez pas, nous n’avons évacué aucune option », a-t-il mis en garde.
M. Netanyahu de son côté a estimé que démanteler l’arsenal chimique syrien
rendrait la région « beaucoup plus sûre ».
« Pour que la diplomatie ait une quelconque chance de réussir, elle doit
être accompagnée d’une menace militaire crédible », a-t-il ajouté.
Mais « ce qui est vrai pour la Syrie l’est aussi pour l’Iran », a-t-il
souligné, alors que Téhéran est accusé par l’Etat hébreu et les pays
occidentaux de chercher à se doter de l’arme atomique sous couvert de son
programme nucléaire civil, ce qu’il dément.
M. Yaalon a lui aussi jugé nécessaire de s’attaquer aux ambitions
nucléaires de l’Iran: « le monde doit faire preuve d’une détermination claire
et intransigeante vis-à-vis du régime extrémiste de Téhéran et son programme
qui progresse vers le développement d’une arme nucléaire militaire », a-t-il
affirmé.
scw/feb/cco

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *