728-90-TOP
728-90-TOP

Terrorisme : la police soupçonne des connexions entre Sid Ahmed Ghlam et les frères Kouachi

Selon le « Canard enchaîné », Sid Ahmed Glam fréquentait la filière parisienne dite des « Buttes-Chaumont » et il avait séjourné dans le quartier de la Croix-Rouge, à Reims, à quelques dizaines de mètres du domicile des frères Kouachi.La police soupçonne des connexions entre Sid Ahmed Ghlam (à droite) et les frères Kouachi, selon le « Canard enchaîné ». ( FRANCETV INFO)

Sid Ahmed Ghlam et les frères Kouachi se connaissaient-ils ? La police enquête sur de possibles connections entre l’étudiant soupçonné d’avoir projeté des attentats contre des églises à Villejuif (Val-de-Marne), et les auteurs de l’attaque contre Charlie Hebdo en janvier, écrit le Canard enchaîné à paraître mercredi 29 avril.

>> L’infographie pour comprendre le profil des terroristes islamistes qui ont marqué la France

Selon l’hebdomadaire satirique, les enquêteurs ont établi que Sid Ahmed Glam fréquentait la filière parisienne dite des « Buttes-Chaumont », fréquentée par les frères Koauchi, qui proposait des départs en 2004 et 2005 pour l’Irak et dont certains membres sont aujourd’hui en Syrie.4718145_f73e226f16ea56bcd6273f86fd05adf5c1687148_545x460_autocrop

Une demande de naturalisation

Ils ont également découvert que Sid Ahmed Ghlam avait séjourné en 2013 et 2014 dans le quartier de la Croix-Rouge, à Reims (Marne), à quelques dizaines de mètres du domicile des frères Kouachi.

Sid Ahmed Glam, qui est Algérien, avait mentionné cette adresse dans sa demande de naturalisation adressée il y a quelques semaines à la préfecture de police de Paris. Une information qui aurait dû alerter un fonctionnaire, souligne le Canard enchaîné.

Pour l’hebdomadaire, Bernard Cazeneuve est « allé un peu vite en besogne » en déclarant après l’arrestation de Sid Ahmed Glam que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) avait « fait tout ce qu’elle devait faire ».

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *