728-90-TOP
728-90-TOP

Décès de la dernière résistante de l’Union Militaire juive

Ziuta Hartman et d’autres jeunes héros juifs avaient pris les armes et fait reculer les nazis pendant un mois

Ziuta Hartman, l’une des dernières survivantes de l’insurrection du Ghetto de Varsovie qui a eu lieu en 1943, est décédée ce mercredi à l’âge de 92 ans en Israël.

Ziuta Hartman est née à Kielce en Polgne et faisait partie de l’Union Militaire juive dans le Ghetto de Varsovie, une organisation paramilitaire de résistance formée par des membres du Beitar, dont le leader était Pavel Frenkel. Mme Hartman était la dernière survivante de l’Union militaire juive.

Mordechai Anielewicz
Mordechai Anielewicz

Ce mouvement prend rapidement part aux combats aux côtés de l’Organisation juive de combat (ZOB), dirigée par Mordechai Anilewicz issu du mouvement de jeunesse Hachomer Hatzaïr et considéré comme le chef de la révolte. La troisième principale figure de l’insurrection est Marek Edelman.

Pendant la révolte, Ziuta Hartman est notamment chargée de transmettre de messages confidentiels et d’importer des armes à l’intérieur du ghetto. Elle sort régulièrement par les égouts qui relient le ghetto au reste de la ville et dissimule les munitions dans des seaux remplis de poissons. La jeune femme parvient également à hisser un drapeau aux couleurs d’Israël sur le toit d’un des immeubles du ghetto en signe de résistance.

Les combattants juifs qui prennent part au soulèvement sont pour la plupart issus des organisations de jeunesse juives et sont âgés d’une vingtaine d’années.

Face à la dureté de la répression, et sans possibilité de continuer la lutte, Mordechai Anilewicz se suicide avec l’état-major de la ZOB dans son bunker le 8 mai 1943. Edelman lui succèdera à la tête de la révolte et survivra à la guerre.

« Ziuta était un vrai super-héro, une femme indomptable et intrépide, pleine de cran. Contrairement à d’autres qui ont accusé la gauche d’avoir volontairement caché l’histoire de la révolte, elle a critiqué les membres de son propre mouvement qui n’ont pas su mettre en avant l’héroïsme des hommes et des femmes qui ont combattu et qui sont morts lors du soulèvement », a indiqué le Dr Laurence Weinbaum, directeur du Conseil israélien des Affaires étrangères opérant sous l’autorité du Congrès juif mondial.

« Sa mort marque la fin d’un chapitre de l’histoire », a-t-elle confié.

Entre juillet et la mi-septembre 1942, les Allemands déportent au moins 300.000 Juifs du ghetto de Varsovie. Pour les 40.000 restants, la déportation semble inéluctable. Mais plusieurs organisations juives crééent une unité de défense armée, dont l’Organisation juive de combat (OJC ou Zydowska Organizacja Bojowa – ZOB). Lorsque les Allemands décident de déporter les Juifs restants dans le ghetto, le 19 avril 1943, soir de la Pâque juive, ils se heurtent à la résistance de petits groupes qui combattront jusqu’au 16 mai.

La révolte du ghetto de Varsovie est la première révolte urbaine et symboliquement la plus importante de l’Europe occupée. Durant les combats, environ 7.000 résidants du ghetto sont tués, 6.000 sont brûlés vifs ou gazés au cours de la destruction totale du quartier. Les Allemands finiront par déporter les survivants dans le camp d’extermination de Treblinka et dans les camps de travail de Poniatowa, de Trawniki et de Majdanek.

La parution il y a quelques années du livre ‘Flags over the Ghetto », écrit par l’ancien ministre israélien de la Défense Moshé Ahrens, a mis en lumière le l’histoire des héros juifs du Ghetto. En 2001, le film « 1943, l’ultime révolte » réalisé par Jon Avnet retraçait également le parcours héroïque des leaders de l’insurrection.

Les descendants de la défunte ont indiqué qu’elle avait passé sa vie à honorer le souvenir de ces camarades tombés pendant l’insurrection. Dernièrement, elle s’est confiée au metteur en scène Youval Haïmovitz-Zisser, qui prépare un film sur la révolte.

Il y a trois ans elle avait été choisie pour allumer un flambeau le jour de Yom Hashoah au Kibboutz Lohamei Ha-Getaot en Israël.

Ziuta Hartman était mère de deux enfants et avait déjà six petits-enfants et cinq arrières petits-enfants. Elle avait été faite citoyenne d’honneur de la ville de Varsovie en 2010.

 

 

 

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *