Edito de Alain SAYADA  » Manipulations, silences et manigances… »

 

La semaine dernière, une information est passée inaperçue. Un événement très étonnant que notre journal, lui seul, a pris soin de relayer, suite à l’alerte lancée par nos lecteurs. Une nouvelle association de défense juive venait de se créer. Très bien me direz-vous ? Non, loin de là… Car derrière cette profession de foi au demeurant intéressante, compte tenu des heures difficiles que traverse notre communauté, cette nouvelle structure, qui avait pour principale mission de recruter des jeunes de la communauté, n’était qu’un leurre grossier. Après vérification des faits, nous nous sommes rendu compte que cette association émanait du mouvement pro-palestinien l’Association France Palestine Solidarité !

Tiens donc ! Les pro-palestiniens sont-ils à ce point en manque de relais d’opinions et de soutiens qu’ils en viennent même à solliciter les juifs de France ? Peut-être est-ce, soyons charitables, une réelle volonté de leur part de montrer que la défense du peuple palestinien n’induit aucune forme d’antisémitisme ? Las ! Là encore nous ferions fausse route. Car cette soit-disant association juive n’avait qu’un seul objectif : piéger nos jeunes, les faire tomber dans un guet-apens.

La suite des événements en a largement fait la preuve : lundi 2 novembre, une réunion d’information avait lieu pour les adhérents de fraîche date, au siège de cette association, au 21 ter rue Voltaire, dans le 11ème arrondissement de Paris. Les jeunes étaient conviés à rencontrer des militants de l’Association France Palestine Solidarité ! Et ce, coïncidence troublante, à deux pas d’un quartier très fréquenté par la communauté juive, où sont implantés de nombreux commerces et restaurants cashers.

Toujours animés d’une réelle volonté de paix, de coexistence entre les peuples et de défense du peuple palestinien, nos sympathiques militants ont, après la réunion, eu envie de se dégourdir les membres. On les comprend ! Les voilà donc, boulevard Voltaire, munis de bâtons et de bouteilles, toujours dans un esprit pacifiste, intimidant les passants, menaçant les clients des commerces. L’enthousiasme aidant, ils ont poursuivi leur réjouissante expédition devant un restaurant casher, promettant aux clients attablés que les événements de la synagogue de la Roquette et de Sarcelles l’année dernière n’étaient rien par rapport à ce qu’il allait se passer.

Malgré la peur que l’agression a suscitée chez les clients du restaurant, plusieurs jeunes de la communauté ne se sont pas laissé intimider et ont défendu la clientèle. L’altercation a dégénéré en bataille rangée et la police, prévenue, a débarqué rapidement. Plusieurs cars de CRS ont donc bouclé le quartier : c’est dire si les forces de l’ordre ont pris la mesure de l’incident et de la violence antisémite qui planait sur les lieux.

Si je prends la peine de vous raconter les faits dans le détail, au fil de cet édito, c’est pour vous dire mon étonnement : étonnement qu’aucun média, ni national ni communautaire, ne reprenne l’information. A l’exception d’Israël Actualités, qui a donné l’alerte sur son site internet, et fait circuler l’information sur les réseaux sociaux, partout, un silence gênant… Au point, comble de l’ironie, qu’on en vienne à mettre en cause notre travail journalistique et la véracité de nos informations. Heureusement, nous avons pu faire la preuve de ce que nous avancions grâce à une photo. Le cliché aussi a circulé sur le net, validant ainsi notre récit des faits.

Je pose donc la question, une fois de plus : pourquoi ce silence ? Pourquoi nos institutionnels n’ont-ils pas dénoncé ces actes et pris position ? Et que dire du patron de ce restaurant qui a voulu camoufler ce grave incident, allant jusqu’à inciter ses employés à démentir, alors que plusieurs jeunes sont intervenus au secours de la clientèle, que l’un d’eux a même été blessé lors de la confrontation et que des dizaines de témoins, sur le boulevard Voltaire, ont confirmé les faits !

Je tiens à rappeler à nos détracteurs que notre journal est un journal indépendant. Et que rien ne sera passé sous silence lorsqu’un événement portant atteinte à un juif, à notre communauté ou à l’Etat d’Israël se produira.

Nous sommes contraints, aujourd’hui, à la vigilance extrême. Ne rien dire, camoufler les faits, c’est se faire les complices d’un silence coupable, n’en déplaise à certains. Alors pas question de nous laisser endormir, attendrir ni d’écouter les chants des sirènes, qui ont déjà fait bien trop de morts au sein de notre communauté, en France.

Que D… bénisse Israël, la République française, et protège le peuple juif.

Merci à nos jeunes pour le courage dont ils ont fait preuve. Honte à ceux qui ont voulu cacher les faits !

Am Israël Haï

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *