728-90-TOP
728-90-TOP

État islamique : Hécatombe chez les djihadistes français, 126 tués en Syrie et en Irak

126 morts depuis 2012, dont 59 depuis janvier, en Syrie et en Irak. Ce bilan macabre est en partie dû aux bombardements et à l’apparition de kamikazes français.

Ils quittent la France pour la Syrie et l’Irak, des rêves de califat et d’Allah plein la tête. Dans cet « État islamique » qu’ils aspirent à créer, des jihadistes français perdent la vie aussi. Et même de plus en plus, à mesure qu’ils fondent leurs pas dans ceux de l’organisation terroriste.

Selon nos informations, le nombre de ces combattants français tués en Irak et en Syrie a quasiment doublé depuis le début de l’année 2015.djihad1

D’après les services de renseignement, sur les 906 ressortissants tricolores qui se sont rendus (et se trouvent actuellement) sur ces terres explosives depuis 2012, 126 sont décédés. Cela signifie qu’en cette zone de guerre, un Français sur sept perd la vie, avec une moyenne de huit décès par mois. Mais c’est surtout l’évolution de ce bilan qui attire l’attention des services de renseignements tricolores.

De trois victimes en 2012, le nombre de jihadistes français tués est passé à quinze en 2013. Puis le compteur macabre s’est enflammé. 49 Français ont péri l’année dernière. Et depuis janvier, ils sont 59 à avoir trouvé la mort.

Si les circonstances de nombre de ces décès sont difficiles à déterminer précisément, deux nouvelles tendances permettent d’expliquer cette hausse. « Il y a d’abord l’impact des bombardements menés par la coalition internationale dans laquelle environ quinze Français ont été tués. D’autre part, le premier semestre de l’année 2015 a été marqué par la recrudescence d’attentats suicides commis par des Français, notamment des convertis en particulier en Irak », analyse une source du renseignement.

Parmi ces victimes, une première Française, morte sur place aussi. Âgée d’une soixantaine d’années, cette convertie qui avait rejoint ses trois enfants devenus jihadistes en février dernier, est décédée en juin d’une maladie du foie. Cinq combattants mineurs nés en France ont, eux aussi, perdu la vie. L’un d’eux avait douze ans, l’autre quatorze.

Source

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *