728-90-TOP
728-90-TOP

Guerre à Gaza été 2014: Rapports Israéliens Présentés avant celui de l’ONU

Un groupe international d’ex-dirigeants politiques et militaires, le CAPE de Jérusalem et le ministère des Affaires étrangères d’Israël ont depuis hier publié tour à tour des rapports favorables à Israël au sujet de l’opération Bordure protectrice à Gaza, dans ce qui semble être une offensive anticipant les critiques « anti-Israël » du rapport que s’apprête à publier le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (rapport Schabas) sur les allégations de crimes de guerres commis par le Hamas et par Israël lors du conflit de l’été 2014.

Alors que le rapport du groupe international avait indiqué hier qu’Israël aurait non seulement respecté le droit international des conflits armés, mais aussi, dans bien des cas, largement dépassé ces normes lors du conflit à Gaza, celui du Cape accuse le Hamas d’avoir gonflé le nombre réel de victimes civiles.

La rapport israélien rejette pour sa part les allégations selon lesquelles Israël aurait visé des civils et commis des crimes de guerre durant les combats. Il accuse en outre le Hamas et d’autres groupes terroristes d’avoir commis de tels crimes et violations du droit international.

« Perte de temps »

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a fait écho à ces rapports lors de son préambule à la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres, déclarant que « celui qui souhaite (trouver) une accusation sans fondement et automatique contre Israël peut perdre son temps à lire le rapport de l’ONU sur la guerre de Gaza ».

Le chef du gouvernement a souligné que le Conseil de l’ONU est « un élément hostile et partial pour ce qui touche à Israël et qu’il a adopté plus de résolutions contre Israël que contre la Syrie, l’Iran et la Corée du Nord réunis ».

Il a remercié le secrétaire du gouvernement, Avishai Mendelblit, pour la publication du rapport israélien qui « est particulièrement important alors qu’Israël est victime d’une attaque sans précédent de délégitimation ».

Le ministre de la Défense, Moshé Yaalon, a quant à lui déclaré que le rapport israélien était en fait le troisième à confirmer que l’armée israélienne avait empêché la mort de civils. « Je peux dire sans aucun doute que nous faisons attention, dans l’armée israélienne, à chaque petit détail. Nous ne transigeons pas sur un principe de morale ou de droit ».

« Une tentative de contrôler l’opinion publique »

A Gaza, le Hamas a rejeté le rapport du ministère israélien des Affaires étrangères.

« Le rapport israélien, par lequel l’occupation tente de se dégager d’avoir commis des crimes de guerre dans la bande de Gaza, est une tentative de contrôler l’opinion publique internationale et de devancer le rapport du Conseil international des Droits de l’Homme sur les crimes de guerre qu’il a commis dans la bande de Gaza. Ce rapport n’a aucune valeur parce que c’est évident qu’il (Israël, ndlr) a commis des crimes de guerre, qui ont été perpétrés en direct devant les caméras», a déclaré le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri.

Il a ajouté que son organisation avait fait tout ce qu’elle pouvait pour protéger la population de Gaza et a nié les allégations selon lesquelles l’organisation était responsable de crimes de guerre.

Le porte-parole du gouvernement palestinien d’union, Ehab Bseiso, a de son côté déclaré à l’agence d’information AFP que « la décision israélienne de nier avoir visé des civils à Gaza est la suite logique de ce qu’Israël a fait dans la bande de Gaza ». De ce fait, ce rapport « ne change rien à notre position qui est de réclamer une enquête internationale », a-t-il poursuivi.

Source: IsraelValley bandeau_jourj (3)
bandeau bonplanresto

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *