728-90-TOP
728-90-TOP

Kerry : « un accord avec l’Iran plus proche que jamais »

Le monde est « plus proche que jamais » de parvenir à un accord global sur le nucléaire avec l’Iran, » a déclaré lundi le secrétaire d’état John Kerry, selon l’Associated Press (AP).

S’adressant à un rassemblement mondial sur le désarmement nucléaire, où il a rencontré le ministre des affaires étrangères de l’Iran, Kerry a toutefois averti que les travaux sur un accord sont loin d’être terminés, et que les questions clés restent en suspens.

« Je sais aussi bien que quiconque que nous avons un long chemin à parcourir » sur la route vers un monde exempt d’armes nucléaires, a déclaré Kerry lors de la conférence à laquelle Israël participe en tant qu’observateur.

Kerry a décrit la Corée du Nord comme « l’exemple le plus flagrant » de celui qui ignore les obligations mondiales en faveur du désarmement et a dit que les Etats-Unis continuent de travailler avec leurs partenaires pour préparer le terrain pour des entretiens, mais seulement si Pyongyang montre qu’il est « sérieux ».

Ses commentaires viennent alors que les pourparlers se poursuivent entre l’Iran et l’Occident sur un accord permanent, après qu’un cadre ait été atteint plus tôt ce mois.

Les puissances mondiales doivent encore résoudre une série de problèmes techniques difficiles avant le délai du 30 juin pour un accord final, y compris les étapes pour la levée des sanctions globales imposées à l’Iran, et des questions persistantes sur les dimensions militaires possibles de son programme nucléaire.

Des tensions sont apparues après que l’accord préliminaire ait été atteint, alors que l’Iran a récemment accusé les Etats-Unis de « fraude » et de « guerre psychologique » après la publication d’un feuillet d’information annonçant que les revendications américains ont été acceptées dans l’accord cadre et qu’un responsable iranien a appelé une « fausse traduction ».

Le leader suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, qui aura le dernier mot sur tout accord, a plongé l’accord dans le doute la semaine dernière en suggérant que « rien n’est obligatoire », alors que le « président » Hassan Rouhani a demandé que les sanctions soient levées immédiatement lorsque tout accord sera signé.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *