Le discours de Rohani: « cynique » et « hypocrite », selon Netanyahu

JERUSALEM , 25 sept 2013 (AFP) – Le Premier ministre israélien Benjamin
Netanyahu a qualifié de « cynique » et « d’hypocrite » notamment sur la question
nucléaire le discours prononcé mardi par le président iranien Mohammed Rohani
lors de l’Assemblée générale de l’Onu.
« Comme prévu, cela a été un discours cynique et totalement hypocrite.
Rouhani a parlé de droits de l’Homme alors même que les forces iraniennes
participent au massacre à grande échelle de civils innocents en Syrie », a
indiqué un communiqué du bureau de M. Netanyahu publié dans la nuit de mardi à
mercredi à Jérusalem.
« Il (le président iranien) a condamné le terrorisme alors que le régime
iranien recours au terrorisme dans des dizaines de pays à travers le monde. IL
a parlé d’un programme nucléaire à des fins civiles alors que, selon le
rapport de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique, ce programme a une
caractère militaire », a ajouté le communiqué.
« Chaque personne raisonnable comprend que l’Iran, un des pays les plus
riches en pétrole, n’investit pas des capitaux dans des missiles balistiques
et dans des installations nucléaires sous-terraines pour produire de
l’électricité, » a également affirmé le Premier ministre.
Le communiqué déplore également « l’absence de proposition pratique pour
arrêter le programme nucléaire militaire et d’engagement à appliquer les
décisions du conseil de sécurité de l’Onu. »
Ce discours « traduit exactement la stratégie iranienne qui consiste à
parler et à gagner du temps pour faire progresser ses capacités à se doter
d’armes nucléaires ».
« Il (Rohani) s’est vanté il y a une décennie d’avoir trompé l’Occident de
telle sorte que pendant que l’Iran menait des discussions, ce pays avançait
simultanément son programme nucléaire. La communauté internationale doit
tester l’Iran non pas sur ses paroles mais sur ses actions », a conclu le
Premier ministre.
Le président Rohani, qui faisait sa première grande sortie internationale
depuis son élection le 14 juin, a réaffirmé à l’Onu que son pays n’était « pas
une menace », ni pour le monde ni pour la région.
Il a souligné à nouveau que la république islamique entendait utiliser
l’énergie nucléaire « à des fins exclusivement pacifiques », et dénoncé les
sanctions dont son pays fait l’objet.
Israël et les pays occidentaux soupçonnent le programme nucléaire iranien
d’avoir des visées militaires, ce que Téhéran dément.
jlr/ob

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *