728-90-TOP

Le rabbin le plus influent d’Israël dans un « état critique »

JERUSALEM, 07 oct 2013 (AFP) – Considéré comme le rabbin le plus influent
d’Israël, le rabbin Ovadia Yossef, 93 ans, chef spirituel du parti
ultra-orthodoxe sépharade Shass, est dans un « état critique », a indiqué lundi
un de ses médecins aux médias.
L’état de santé du rabbin, hospitalisé depuis la fin septembre, s’est
« gravement détérioré ces dernières heures, sa situation est désormais
critique » à affirmé à la radio le cardiologue Dany Gilon de l’hôpital
Hadassah-Ein Karem à Jérusalem où il est soigné.
La famille du rabbin a été appelée à son chevet, ont ajouté les médias.
L’influence du rabbin Ovadia Yossef, ancien grand rabbin d’Israël, ne se
limite pas au monde religieux séfarade. Il a été longtemps considéré comme un
« faiseur de rois », les dirigeants israéliens ayant eux souvent besoin du parti
Shass pour constituer des majorités.
Ces dernières années, malgré son état de santé vacillant, il continuait de
recevoir chez lui les hommes politiques de tous bords, notamment le président
Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu
En août 2012, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait ainsi
dépêché un de ses proches collaborateurs afin d’obtenir son soutien à une
éventuelle attaque contre l’Iran, soupçonné par Israël de vouloir se doter de
l’arme atomique malgré les démentis de Téhéran.
Lors des dernières élections du 22 janvier, le Shass a remporté 11 sièges
sur 120 et s’est retrouvé dans l’opposition pour la première fois depuis de
nombreuses années.
Au début des années 80, le rabbin Yossef s’était prononcé en faveur de
concessions territoriales aux Palestiniens pour parvenir à la paix. Mais, ces
dernières années, il a pris des positions de plus en plus nationalistes, le
Shass s’alliant le plus souvent à la droite sous la pression de sa base.
Il s’était notamment prononcé contre le retrait unilatéral israélien de la
bande de Gaza en 2005.
Considéré comme un connaisseur exceptionnel de la Torah, le rabbin Yossef a
coutume de s’adresser à ses ouailles dans un langage populaire décapant, qui
mêle dictons, citations de textes sacrés et blagues aux dépens de ses
adversaires.
Au fil des ans, il s’en est pris pêle-mêle notamment aux Arabes, aux juifs
laïcs et ashkénazes, en les affublant de toutes sortes de qualificatifs et en
ayant recours à un étonnant registre animalier pour les fustiger.
jlr/agr/sw

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *