728-90-TOP
728-90-TOP

Nouvelle plaque commémorative au camp de Brens (Tarn) pour honorer les déportées juives

Toulouse, 15 août 2015 (AFP) – Une nouvelle plaque commémorative, voisine
de la stèle du camp de concentration de Brens, dans le Tarn, a été inaugurée
samedi à la mémoire des déportés juifs vers Auschwitz il y a 70 ans, selon les
initiateurs du projet.
La nouvelle plaque jouxte la stèle datant de 1969 qui faisait référence au
seul passé de 31 militantes antifascistes, sans spécifier qu’elles étaient
juives, jamais revenues des camps de la mort construits en Pologne par les
Allemands, ont-ils expliqué à l’AFP.
Ces femmes juives polonaises, allemandes et autrichiennes, « étaient des
militantes politiques souvent des femmes communistes, trotskistes ou
gaullistes mais ne mettaient pas en avant leur religion; pour elles ce n’était
pas important », explique à l’AFP, Rémy Demonsant, un responsable de
l’association à l’origine de l’initiative.

camp de concentration de Brens   Il s’agit de l’Association pour perpétuer le souvenir des internées des
camps de Brins et Rieucros (Lozère), deux camps de femmes.
« Nous avons aussi voulu rajouter qu’il y a eu d’autres déportations
ultérieurement du camp de Brens, qui était devenu le seul camp de femmes de la
zone sud », après la fermeture de Rieucros, a précisé ce responsable.
Selon M. Demonsant, le lieu était « devenu un camp de concentration dit
répressif » où « 1.150 femmes et 48 enfants » voués à l’extermination ont
séjourné.
Des personnes de 26 nationalités ont été détenues dans ces deux camps,
précise de son côté le maire de Brens Michel Terral.
La plaque a été apposée en présence de M. Terral, de représentants de la
ville voisine de Gaillac. Un mot de Philippe Allouche, directeur général de la
Fondation pour la mémoire de la Shoah a également été lu durant la cérémonie
qui a rassemblé plus d’une centaine de personnes.
Le camp de Brens, qui comptait vingt baraques, a été créé en 1939 sous le
gouvernement de Vichy. Il a abrité toutes sortes de « réfugiés » européens avant
de devenir en 1940 un « centre d’hébergement pour réfugiés juifs étrangers » et
ensuite un camp de transit pour la mort.
Parmi les prisonnières célèbres qui ont survécu, la mère de Pierre
Goldmann, demi-frère du chanteur Jean-Jacques Goldman et militant d’extrême
gauche qui avait glissé dans le banditisme avant de mourir assassiné en 1979 à
Paris.
bmk/fm

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *