728-90-TOP

Obama reçoit Netanyahu, sceptique face à l' »offensive de charme » iranienne Par Tangi QUEMENER

WASHINGTON, 30 sept 2013 (AFP) – Le président Barack Obama reçoit lundi le
Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui presse les Etats-Unis de ne
pas se laisser abuser par la récente « offensive de charme » diplomatique des
Iraniens.
MM. Obama et Netanyahu doivent se retrouver à 11H15 (15H45 GMT) dans le
Bureau ovale pour un entretien bilatéral, puis partager un déjeuner de
travail. Avec son hôte, le dirigeant américain veut discuter du processus de
paix récemment relancé avec les Palestiniens, mais aussi de la Syrie et de
l’Iran, a indiqué la Maison Blanche.
Sur ce dernier sujet, la semaine dernière a été marquée par des
développements spectaculaires: les Iraniens ont accepté de reprendre les
négociations sur leur programme nucléaire et les chefs de la diplomatie des
deux pays, John Kerry et Mohammad Javad Zarif, se sont rencontrés jeudi en
marge de l’assemblée générale de l’ONU.
Et vendredi, un coup de téléphone historique s’est produit entre M. Obama
et son nouvel homologue iranien Hassan Rohani. Depuis son investiture en août,
ce dernier, élu avec le soutien des réformateurs, a multiplié les déclarations
apaisantes et les ouvertures envers l’Occident, à rebours de la rhétorique
enflammée de son prédécesseur ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad.
La conversation de 15 minutes entre MM. Obama et Rohani, sans précédent à
ce niveau entre Iraniens et Américains depuis la révolution islamique de 1979,
a été marquée par un ton « cordial » selon un haut responsable de la Maison
Blanche.
M. Obama, devant l’assemblée générale de l’ONU mardi dernier, avait dit
vouloir donner une chance à la diplomatie pour tenter de résoudre le dossier
nucléaire, contentieux majeur entre le gouvernement iranien et l’Occident.
Mais il avait réclamé des « actes » des Iraniens pour prouver leur bonne foi.
« Nous sommes conscients de toutes les difficultés qui nous attendent »,
a-t-il affirmé vendredi après avoir parlé à M. Rohani, tout en se disant
persuadé qu’il existe « une base pour une solution » avec l’Iran, soumis à des
sanctions qui étouffent son économie.
« Belles paroles »
Washington et ses alliés soupçonnent le programme nucléaire iranien d’avoir
des visées militaires, ce que Téhéran dément. La Maison Blanche n’a pas exclu
un recours à la force en cas d’échec de la diplomatie mais a fait valoir que
l’Iran n’avait pas encore commencé à assembler une bombe atomique et qu’il
était encore temps de discuter.
Israël, à portée des missiles iraniens, considère que ce programme
constitue une menace pour son existence. Le gouvernement de M. Netanyahu a
évoqué à mots à peine couverts une opération militaire unilatérale visant les
infrastructures nucléaires de la république islamique.
M. Rohani a assuré qu’il avait reçu mandat du Guide suprême Ali Khamenei,
véritable maître du jeu politique à Téhéran, pour négocier, mais il a aussi
insisté sur le fait que développer l’énergie nucléaire constituait le droit
souverain de l’Iran.
Il s’agit d’un point de désaccord majeur entre MM. Obama et Netanyahu: le
président américain a concédé que Téhéran pouvait développer un programme
« pacifique », tandis que son allié israélien réclame désormais le démantèlement
des installations atomiques, dispersées sur le territoire de la république
islamique.
Contrairement à M. Ahmadinejad, qui avait nié l’Holocauste, M. Rohani a
condamné « le massacre des juifs par les nazis », tout en ajoutant que ce
« crime » ne justifiait pas « l’occupation » israélienne, également « condamnable »
à son sens.
Mais pour M. Netanyahu, le remplacement de M. Ahmadinejad par M. Rohani n’a
rien changé, et devant l’assemblée générale de l’ONU mardi, il tentera de
convaincre que la menace iranienne n’a pas diminué.
Avant son arrivée à Washington, la télévision israélienne a évoqué la
position du Premier ministre, citant son entourage: « si les négociations avec
l’Iran ne conduisent pas au bout du compte à un démantèlement du programme
nucléaire iranien et pas simplement à sa surveillance, Israël se considérera
comme étant libéré de ses engagements dans ce processus diplomatique entre le
monde occidental et l’Iran ».
« La signification est qu’Israël pourra décider d’attaquer seul l’Iran »,
selon la même source.
Avant de partir pour les Etats-Unis, M. Netanyahu a dénoncé « l’offensive de
charme » du président iranien, affirmant avoir « l’intention de dire la vérité
face à l’offensive de belles paroles et de sourires ».
tq/jca

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *