728-90-TOP
728-90-TOP

Edito de Alain SAYADA : A Monsieur le Garde des Sceaux…

Monsieur Urvoas,

Vous avez pris vos fonctions depuis peu, et il semble que nous ayons déjà des choses à

vous reprocher. Par nous, j’entends nous juifs de France, nous amis d’Israël, nous

citoyens français lassés par l’aveuglement des politiques français, champions du deux

poids deux mesures. La semaine dernière, dans ce même édito, je me félicitais de la

décision des juges de la Chambre criminelle de la Cour de Cassation, la plus haute

instance judiciaire de France, qui, par deux arrêts datés du 20 octobre 2015 portant les

numéros 14-80.200 et 14-80.021, avaient pris position, du point de vue de la loi, contre

l’appel au boycott de l’Etat d’Israël.

  • urvi1
  • urvi2

Les hauts magistrats français ont rappelé que l’appel au boycott est ILLEGAL en France.

De fait, il n’est qu’un appel à la discrimination et à la haine, déguisé en posture

humanitaire. Mais pour vous, ministre de la Justice, il semblerait que la loi n’est qu’une

sorte de disposition superflue, que vous n’avez pas peur de balayer d’un revers de main.

Un comble si vous me permettez ce jugement de valeur.

Oui, vous, remplaçant de Christiane Taubira au poste de Garde des Sceaux, vous occultez

ces deux arrêtés… Ou plutôt vous occultiez, il y a quelques mois. Alors Président de la

commission des lois à l’Assemblée Nationale, vous avez adressé, à ladite Christiane

Taubira, alors encore en poste, le 20 Novembre 2015, une lettre lui signifiant que les

militants du BDS étaient en fait, des combattants de la liberté à Gaza, et que les actions

menées par ces militants visaient à sanctionner l’Etat hébreu pour son non-respect du

droit international concernant les « territoires occupés ». Vous entendez par là, entre

autres, la Judée –Samarie. Une terre qui, je vous le rappelle, appartenait au peuple juif

bien avant les revendications d’un peuple palestinien créé de toutes pièces par le

concert des nations arabes :

« Le statut de la « Cisjordanie » et de la Bande de Gaza n’est défini par aucun traité

établissant des frontières et une souveraineté. Les « frontières de 1967″ n’ont jamais

existé, ce n’était que les lignes d’armistice de 1948. Les seules frontières reconnues ont

été modifiées en 1967 par l’Égypte qui a abandonné Gaza et par la Jordanie qui a

abandonné la Cisjordanie. Ces territoires sont juridiquement des territoires disputés.

Israël ne pratique donc aucune occupation sur des terres souveraines étrangères. Les

revendications israéliennes sur ces terres sont, au minimum, tout aussi légitimes que les

revendications palestiniennes », nous expliquent « Ces goys qui défendent Israël ». Merci

à eux pour cette petite leçon de géopolitique que je vous invite à lire, puisque

manifestement, vous ne la connaissez pas.

Des combattants pour la liberté, dites-vous… Quelle liberté ? Celle de se voir spolier

toute aide internationale et humanitaire au profit d’élites corrompues et millionnaires,

qui utilisent ces fonds pour acheter des armes et construire des tunnels afin d’attaquer

les Israéliens sur leur sol ? Celle de lancer des milliers de rockets sur Israël ? Celle de

voir leurs enfants et leurs adolescents bourrés de messages de haine, endoctrinés dès

leur plus jeune âge, au point de planter des couteaux dans le cœur et le corps de mères

de famille ou de femmes enceintes ? Celle de voir des adolescents gays maltraités,

humiliés voire lynchés, des petites filles mariées de force ? Celle d’être assassiné, torturé

ou emprisonné s’ils osent s’élever contre le Hamas et la dictature qu’il fait régner à

Gaza ? Ah elle est belle la définition de la liberté selon le pouvoir palestinien, monsieur

Urvoas, et vous faites bien de soutenir de tels « combattants » !

Quant à votre définition du bien et du mal, ça aussi, monsieur, permettez-moi, compte

tenu de la fonction que vous occupez, de m’en inquiéter. Si j’ai bien compris, un islamiste

radical mérite, lorsqu’il agit sur le sol français, la prison, l’opprobre voire la déchéance

de nationalité. En revanche, s’il assassine au couteau des femmes et mutile des bébés sur

le sol israélien, alors il mérite le soutien et la gloire, car « c’est un combattant de la

liberté » ?

Allons, monsieur Urvoas, un peu de sérieux : ceux qui oppriment les Palestiniens ne sont

autres que les mouvement islamistes Radicaux, qui ne pensent qu’à détruire Israël… Ces

mêmes mouvements islamistes qui sèment la désolation en Syrie, en Irak, en Libye, avec

les mêmes revendications : Daesch, le Hezbollah, le Hamas, qui d’ailleurs reconnaît des

liens avec le califat syrien. Leur objectif est le même, combattre les mécréants, qu’ils

soient juifs ou chrétiens, convertir le monde à leur idéologie, en passant par « la guerre

sainte », le djihad.

Ne pensez pas une seconde que vous serez épargné en vous mettant de leur coté. Ils ne

connaissent ni la reconnaissance, ni la clémence. Comme n’importe qui, s’ils parviennent

à leurs fins, vous finirez sur le bûcher, à moins qu’ils ne vous décapitent, comme cette

enfant de 4 ans, en Russie, assassinée par sa nounou qui après avoir brûlé le corps de la

petite, a promené son macabre trophée, la tête, en hurlant Allahou Akbar, dans les rues

de Moscou…

Pour en revenir au boycott, Monsieur Jean Jacques URVOAS, devant un tel aveuglement,

permettez-moi également de douter de votre impartialité sur ce sujet. Je vous trouve

même incompétent pour cette responsabilité. Et si vous aviez pris la peine, de connaître

de votre sujet avant de vous exprimer, vous sauriez à quel point l’économie

palestinienne a tout à gagner en faisant d’Israël son allié.

A bon entendeur, Monsieur le Ministre, je ne vous salue pas, malgré tout le respect que

j’ai pour la fonction que vous occupez.

Am Israel Hai

Alain Sayada
Alain Sayada

Alain Sayada

About The Author

Related posts

1 Comment

  1. RONNY

    Monsieur Alain SAYADA,
    merci pour ce courrier, c’est parfait, il n’y a rien à rajouter, sauf peut étre pour dire que nous attendons tous maintenant la démission de ce minable.

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *