Laurent Fabius se rendra en Iran.

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a annoncé mercredi son intention de partir en visite en Iran, après la conclusion de l’accord historique entre Téhéran et les grandes puissances sur le programme nucléaire du pays.

Il a indiqué avoir reçu, mardi, une invitation de son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif.

« Il m’avait déjà invité mais je n’avais pas accepté cette invitation. Je lui ai dit que j’irai en Iran donc j’irai en Iran », a déclaré M. Fabius sur la radio Europe 1.

Il n’a pas préciser à quelle date il pourrait effectuer cette visite, qui pourrait être l’une des premières d’un haut responsable occidental à Téhéran dans la foulée de l’accord arraché mardi à Vienne pour mettre fin à douze années de tension autour du nucléaire iranien.

Laurent Fabius a souligné les « perspectives importantes » qu’ouvre pour les entreprises françaises la réintégration attendue de l’Iran dans la communauté internationale grâce à cet accord, mais récusé que Paris l’ait soutenu pour des raisons prioritairement commerciales.

« Le commerce est très important, il permet la croissance. C’est très important pour les Iraniens, c’est très important pour nous », a reconnu le ministre français.

Mais, a-t-il insisté, « lorsque le président de la République (François Hollande) et moi-même avons pris notre décision stratégique (ndlr, de soutenir l’accord) (…), nous n’avons pas pris cette décision pour des raisons commerciales ».

« Nous l’avons prise pour des raisons stratégiques, parce que nous voulions éviter la prolifération nucléaire et nous savions que si nous arrivions à un accord, mais un accord très solide, nous pouvions éviter cette prolifération », a-t-il défendu.

Avec près de 80 millions d’habitants, le marché iranien présente un intérêt majeur pour les grandes entreprises françaises, comme les constructeurs automobiles PSA Peugeot Citroën et Renault, ou le géant pétrolier Total.

Sous l’effet des sanctions visant la République islamique, la France a vu ses échanges commerciaux avec l’Iran chuter à 500 millions d’euros en 2013, un niveau huit fois inférieur à celui enregistré en 2004, d’après un rapport du Sénat français.

Selon le Fonds monétaire international, la Chine et la Corée du Sud sont désormais les premiers fournisseurs de l’Iran, la France n’arrivant qu’en septième position, derrière l’Allemagne et l’Italie pour ce qui est des pays européens.

L’accord historique jugé comme une hérésie par Benyamin Netanyahou pourrait se révéler juteux pour l’économie française.

Israël Actualités avec Europe 1.

Pour plus d’informations:

http://www.europe1.fr/politique/laurent-fabius-sans-accord-avec-liran-cetait-le-risque-de-guerre-1367884

http://www.israel-actualites.tv/israel-pas-lie-par-laccord-avec-liran-saura-se-defendre-netanyahu/

 

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *