728-90-TOP
728-90-TOP

Des centaines d’Israéliens aux obsèques d’une jeune inconnue  » elle avait confié à sa mère qu’elle redoutait de se voir enterrer en catimini »

Eden Spector n’avait que 17 ans,  lorsqu’une leucémie l’a emportée cette semaine. Ses obsèques ont eu lieu à Petah Tikvah, dans le centre du pays, en présence de centaines de personnes, qui pour la plupart d’entre eux, n’avaient jamais connu la jeune fille.

Le sharav soufflait sur tout Israël hier, provoquant des températures caniculaires. Malgré la chaleur étouffante, des centaines d’Israéliens ont tenu à accompagner Eden vers sa dernière demeure. Se sachant condamnée par la maladie, elle avait confié à sa mère qu’elle redoutait de se voir enterrer en catimini. Il faut dire qu’Eden habitait avait sa mère et sa grand-mère à Petah Tikva et n’avait aucune autre famille en Israël. D’ailleurs, seuls 3 membres de la famille étaient présents aux obsèques (le compagnon de sa mère étant le troisième).

Eden Spector zal 17 ans
Eden Spector zal 17 ans

Eden décède vendredi dernier à l’hôpital pour enfant Shneider et les obsèques sont fixées à dimanche. Durant l’intervalle, les paroles de sa fille raisonnent, dans la tête de Laura, sa mère. 30 personnes tout au plus, sont censées assister aux obsèques. Le hasard fait que Laura croise Daphna Braverman, l’épouse du maire de la ville, qu’elle connaissait par ailleurs. Elle lui révèle qu’au-delà de la douleur, sa fille craignait de partir dans l’anonymat.

L’épouse du maire partage alors cette information sur sa page Facebook. En quelques heures, la nouvelle fait le tour de la ville. Le lendemain, des centaines de personnes se pressent dans le cimetière de la ville. Mali Cohen ne connaissait pas Eden : « Avec une amie, nous avons lu le post, cela nous a ému d’apprendre qu’elle n’avait presque pas de famille et nous avons décidé de venir assister aux obsèques. C’est un acte d’amour gratuit, car Eden ne pourra plus nous le rendre ».

L’une des enseignantes d’Eden a prononcé quelques mots : »Tu étais, avec tes camarades, venue dans cet hôpital pour soutenir les enfants malades, tu ne savais pas que tu serais l’un d’entre eux. Il y a peine dix jours, tu m’avais dit que tu voulais passer les examens de fin d’année, mais la maladie a été plus forte. Merci pour ta douceur, ta gentillesse, merci de nous avoir donné le mérite de te connaitre ». Quant à sa mère Laura, elle a remercié ceux qui ont fait le déplacement : « c’est le moment le plus difficile de ma vie, mais par votre présence, vous avez un peu consolé ma douleur et réalisé le dernier souhait de ma fille ».

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *