« Le Hamas n’est pas la pire option » (ex-Mossad)

Le président de l’Autorité palestinienne attendu au Caire pour promouvoir le cessez-le-feu rejeté par le Hamas

L’ancien directeur du Mossad, Efraim Halevy a déclaré mardi que le Hamas n’était pas la pire des options, dans une interview à CNN, ajoutant qu’Israël devrait négocier avec l’organisation.

« Nous avons déjà discuté avec le Hamas au cours des dernières année et sommes parvenus à des sortes d’arrangements, comme nous les appelions », a confié l’ex-chef des renseignements.

« Lorsque nous sommes parvenus à un accord sur la libération du soldat kidnappé Gilad Shalit, nous avons négocié avec le Hamas », a-t-il dit.

M. Halevy, qui a dirigé le Mossad entre 1998 et 2002, a expliqué que si le « Hamas reste une très mauvaise option », les djihadistes irakiens ou syriens sont des alternatives bien pires. « En particulier l’ISIS (Etat islamique en Irak et au Levant) qui a étendu ses tentacules dans la bande de Gaza » où elle recrute de la même manière qu’en Europe.

Au sujet de l’opération « Bordure Protectrice » menée par l’armée israélienne depuis maintenant neuf jours, Halevy a indiqué que le Premier ministre Benyamin Netanyahou « veut mener le Hamas dans une position où il va accepter le cessez-le-feu » et sortir intimidé et affaibli au pouvoir à Gaza.

« Le Hamas n’est pas suffisamment affaibli pour accepter un cessez-le-feu immédiat qui ne répond à aucune de ses demandes », estime de son côté un analyste du Times of Israel précisant qu’il se fiche de l’Egypte ou de l’opinion publique arabe.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas doit se rendre mercredi au Caire afin de s’entretenir avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi sur les derniers développements dans la bande de Gaza, alors que la branche armée du Hamas a rejeté le cessez-le-feu égyptien accepté par Israël.

Selon un responsable à Ramallah, la visite d’Abbas vise à promouvoir la proposition de trêve égyptienne.

Le dirigeant palestinien devrait également proposer que ses forces de sécurité soient autorisées à reprendre le contrôle du point de passage de Rafah, sous contrôle de l’Autorité palestinienne jusqu’en 20077, selon la même source citée par le Jerusalem Post.

Les Brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas, a fait savoir mercredi qu’elles rejetaient catégoriquement l’initiative égyptienne « de capitulation », tout comme le Djihad islamique qui a indiqué qu’elle ne répondait pas aux demandes des Palestiniens.

Le Hamas dans le flou

Said Khatib (AFP)

L’étendue des dommages causés à la bande de Gaza conduirait toutefois certains responsables de l’organisation gazaouie à vouloir mettre fin à la confrontation avec Israël, selon le site d’information Ynet.

Au sujet de l’initiative égyptienne, il semble que le Hamas n’ait pa été consulté.

« Personne ne nous a mis à jour sur la proposition égyptienne », a déclaré le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, ajoutant: « Nous l’avons découvert à travers les médias. Personne ne nous a consulté ».

De son côté, le porte-parole du Djihad islamique, Yusef al-Hasayina, a fait savoir que le mouvement avait également été surpris par l’initiative, mais ne l’avait pas rejeter d’emblée.

Le « Djihad islamique a des réserves sur l’initiative, car il n’a pas pris part aux délibérations », a-t-il dit. « Nous y réfléchissons toujours (et) transfèrerons nos demandes à la partie égyptienne ».

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *