728-90-TOP
728-90-TOP

Montreuil : un voisin de 44 ans en garde à vue après les tags racistes sur l’école

Le tracé des lettres, et des O en particulier, a mis la police sur sa piste. Un homme de 44 ans, habitant près de l’école maternelle publique Anne-Franck à Montreuil, a été arrêté ce lundi matin, vers 11 heures, chez lui. Il est soupçonné d’être l’auteur des injures et menaces, visant Roms et juifs, qui ont tapissé ce week-end les grilles et les murs d’enceintes de l’école mais aussi plusieurs panneaux des environs.

montreuil-un-voisin-de-44-ans-en-garde-a-vue-apres-les-tags-racistes-sur-lecoleLes enquêteurs du commissariat de Montreuil ont vite fait le rapprochement, puisque cet homme, au profil marginal, a déjà été jugé et condamné à deux reprises pour des « menaces de mort à raison de la religion ». En 2013, il a été condamné à une peine de sursis avec mise à l’épreuve, puis, en 2016, à six mois de prison ferme. « On a régulièrement affaire à lui pour ce type de propos et d’agissements », confirme-t-on à la mairie de Montreuil.

Autant d’éléments qui pourraient faire de lui, sinon le coupable, du moins un sérieux suspect. Il était toujours en garde à vue ce lundi soir et devait passer la nuit au commissariat, le temps pour les enquêteurs d’étayer les soupçons. Le suspect contesterait les faits reprochés. Ce lundi, son état de santé n’avait pas été jugé incompatible avec un placement en garde à vue.

Cette interpellation n’étonne pas vraiment un proche voisin qui rapporte que le quadragénaire tient fréquemment des propos peu amènes envers les Roms, « comme envers la moitié de la rue », en public. « Dans les polars, on dirait que ça fait de lui le coupable idéal mais il faut rester prudent, nuance ce riverain qui habite là depuis une dizaine d’années. Je ne me rappelle pas de faits comme ceux-là. » « Je vis ici depuis 1995 et je n’avais jamais vu de trucs aussi racistes et malsains, s’indigne une autre riveraine. C’est très violent. »

Les inscriptions, tracées au feutre noir, avaient été repérées dimanche en début d’après-midi par des riverains et des employés municipaux. Après les relevés par la police, dimanche, toutes les inscriptions ont été effacées ce lundi par les services de la ville.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *