Terrorisme : Daech privé de ressources et Boko Haram de carburant

Les revenus du groupe jihadiste Etat islamique ont chuté d’environ 30% depuis l’an dernier, obligeant l’organisation extrémiste à introduire de nouveaux impôts dans les territoires sous son contrôle, dont une taxe sur la réparation des antennes paraboliques, selon une étude publiée lundi.

L’institut britannique IHS Jane’s, spécialisé dans l’étude des forces armées et des conflits, s’est intéressé au financement de Daech liés au trafic de pétrole. Dans un rapport basé sur des informations tirées des médias sociaux et de sources présentes en Syrie et en Irak, l’Institut affirme que la production pétrolière dans les zones sous le joug du groupe jihadiste a diminué de 33.000 à 21.000 barils par jour. Ces pertes sont largement liées aux frappes aériennes opérées par la coalition menée par les Etats-Unis et la Russie.

De manière générale, les ressources de l’organisation Etat islamique sont largement entamées. «En mars 2016, les recettes mensuelles de l’Etat islamique ont chuté à 56 millions de dollars», assure Ludovico Carlino, analyste-en-chef chez IHS Jane’s. «Mi-2015, l’ensemble des recettes mensuelles de l’Etat islamique avoisinait les 80 millions de dollars (71 millions d’euros).» Environ la moitié des recettes de l’EI provient des impositions et de la confiscation des commerces et des biens, selon le rapport. Le pétrole représente 43% de ce total, le reste provenant du trafic de drogue, de la vente d’électricité et de dons.

eidaeshSelon IHS, l’EI a perdu environ 22% de son territoire au cours des 15 derniers mois et n’impose plus sa loi qu’à 6 millions de personnes, contre 9 auparavant. Sa base fiscale a donc diminué. «L’Etat islamique augmente actuellement les impôts sur les services de base et cherche de nouvelles manières d’obtenir de l’argent de la population», selon le chercheur de l’IHS. «Ces impôts incluent des péages pour les chauffeurs de camion, des frais pour installer ou réparer des antennes paraboliques, et des « droits de sortie » pour quiconque tente de quitter une ville», affirme Ludovico Carlino. Selon IHS, le groupe radical a aussi introduit des amendes pour ceux qui ne répondent pas correctement à des questions sur le coran, ainsi que la possibilité de payer en liquide pour éviter des châtiments corporels.

 

220px-Logo_of_Boko_Haram.svgBoko Haram manque de carburant.
Pour remplir les réservoirs de leurs motos, les islamistes de Boko Haram sont contraints de fabriquer leur propre carburant de fortune, les opérations de l’armée ayant coupé leurs lignes de ravitaillement. Selon un haut responsable militaire, les islamistes du groupe affilié à Daech payaient à prix d’or leurs bidons d’essence tandis qu’une ancienne otage rapporte qu’ils ont mis au point un biocarburant à base d’huile d’arachide. «Boko Haram achetait de l’essence à des prix exorbitants, ce qui incitait de nombreux jeunes hommes à prendre des risques pour leur en apporter et en tirer un bénéfice très avantageux», explique le militaire basé à Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno (nord-est). «Depuis qu’on a identifié et arrêté ces revendeurs et qu’on a coupé les routes qu’ils empruntaient, Boko Haram est en grande difficulté», ajoute-t-il. Les revendeurs, voulant tirer le plus grand profit de ce besoin de carburant, pouvaient demander entre 50.000 et 70.000 nairas (entre 222 et 311 euros) pour un bidon de 25 litres, qui coûte normalement 11,5 euros, a ajouté de son côté Ya-Mairam Ya-Malaye, ancienne otage des islamistes, enlevée en 2014 avec d’autres femmes et qui s’est échappée la semaine dernière. Cependant, le risque de se voir pris dans des bombardements aériens de l’armée sur les positions de Boko Haram a eu un effet dissuasif sur les revendeurs d’essence. «C’était un commerce très lucratif pour les vendeurs», indique Babakura Kolo, membre d’une milice citoyenne qui se bat à Maiduguri aux côtés des militaires contre les islamistes et qui a contribué à la répression du trafic d’essence. «On s’est occupés d’eux et Boko Haram souffre de pénurie car ils ne sont plus ravitaillés», conclut-il.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *